AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Commandant de bord suspendu de vol

Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Curnonix
Excellente participation
avatar

Masculin
Nombre de messages : 503
Date d'inscription : 14/06/2006

MessageSujet: Commandant de bord suspendu de vol   Ven 16 Juin - 5:28

Commandant de bord suspendu de vol

Dans le sujet "Le NARCAP et les Phénomènes Aériens Non identifiés", nous avons appris que nombreux sont les pilotes d’avion qui ne témoignent pas de leur observation d’un phénomène ovni, et le rendent encore moins public, en raison de :

- « Afraid of loosing our pilot's licenses » (= "Peur de perdre nos licences de pilote")
- « They'll think you're nuts » (="Ils penseront que vous êtes dingues")
- « Fear of the existing climate of ridicule » (= "Crainte du climat existant de raillerie")
- « Captain had reported previous UAP and received harassment from his company and others and swore never to report another » (= "Le commandant de bord ayant rendu compte d’un précédent PAN a été harcelé dans sa société ainsi que par d'autres personnes et a juré de ne jamais plus témoigner")
- etc.

Nous allons prendre connaissance de l’un des exemples concrets, celui du commandant Kenju Terauchi suspendu de vol par la compagnie Japan Air Lines.

Mercredi 17 novembre 1986.
Kenju Terauchi, pilote de ligne chevronné, est aux commandes d’un avion cargo sur le vol Japan Air Lines 1628 reliant Paris à Tokyo via Reykjavik (Islande) et Anchorage (Alaska). Commandant de bord, il a à sa droite son copilote, Takanori Tamefuji, et l’officier mécanicien Yoshio Tsukuda est assis derrière eux.

17h11, heure locale. Le Boeing 747-246F Jumbo Jet vole à 10700 mètres au-dessus de l’Alaska, à environ 970 km/h.
Terauchi localise subitement un ballet de curieuses lumières clignotantes au travers du large hublot juste à sa gauche. A environ 600 mètres plus bas, elles volent à la même vitesse et dans la même direction que le 747.

Le contrôle d’Anchorage AARTCC (Anchorage Air Route Traffic Control Center), immédiatement contacté, ne détecte rien sur ses écrans radar. Les lumières se déplacent alors soudain, et après plusieurs manoeuvres fulgurantes et aléatoires, semblant « danser autour de l’avion », viennent se placer juste en face du cockpit, en l’illuminant, avec chaleur irradiée sur les visages.

Ce sont deux paires de rectangles lumineux et clignotants, « comme des guirlandes de Noël rouges, oranges et blanches » dira le copilote, tout d’abord l’un au-dessus de l’autre puis côte à côte. La radio VHF est maintenant brouillée et le restera jusqu’à ce que les objets s’éloignent par la gauche au bout de plusieurs minutes.

17h19. L’AARTCC au sol repère une cible non identifiée juste devant l’avion. Le contrôle demande une confirmation à l’avion, qu’il obtient du copilote par l’affirmative. Quelques secondes plus tard, les objets lumineux s’éloignent progressivement vers l’ouest et ne sont plus visibles à présent que sous la forme d’une « pâle lumière blanche et plate » indique Terauchi. Au sol, le contact radar est perdu.

Pas pour longtemps.

17h23. L’AARTCC contacte les contrôleurs du radar militaire de l’US Air Force d’Elmendorf ROCC (Regional Operational Control Center) pour leur demander assistance, alors qu’en vol l’équipage constate que deux lumières fluorescentes de couleur blanche les accompagnent continuellement.

17h25. L’écho réapparaît sur les écrans de l’AARTCC, ce que le radar de bord du Boeing confirme.

17h26. Plusieurs cibles sont localisées par le ROCC et l’AARTCC à la même altitude que l’avion, 10660 mètres, à une quinzaine de kilomètres de lui.

17h27. Le vol JAL 1628 est en approche de Fairbanks et de la base américaine d’Eielson et l’équipage remarque encore de vives lumières qui se matérialisent au nord de l’avion.

17h30. Tout l’équipage, pilote, copilote et mécanicien, aperçoit la silhouette d’un objet dans son entier. Ils sont stupéfaits : entre deux lumières blanches, droit devant, se dessine la forme ovoïde d’un objet gigantesque dont la longueur est de loin supérieure à celle de leur Jumbo Jet :
« … J’aperçois la silhouette sombre d’une gigantesque soucoupe volante, grande comme deux porte-avions, qui nous accompagne au-dessus de Fairbanks … »

Le dessin ci-dessous, réalisé suivant le témoignage de l’équipage, indique les tailles relatives de l’ovni et du Boeing 747 Jumbo Jet accompagné pendant 40 minutes :

Le Boeing 747 Jumbo Jet est représenté à droite du gigantesque ovni en volume de révolution.


Toujours par radio, difficilement car brouillée, le copilote Tamefuji contacte l’AARTCC pour autorisation d’effectuer un virage de 45° vers la droite pour tester sa réaction …
L’objet non identifié est toujours là, l’accompagnant, il colle littéralement à l’avion.

17h32. Un changement d’altitude, de 10660 à 9450 mètres, donne le même résultat.

17h36. Suite à une demande de l’AARTCC, l’avion effectue un cercle complet de 360°. Au cours de la manœuvre, l’objet disparaît du visuel de l’équipage mais les opérateurs militaires du ROCC confirment la présence de la cible près de l’avion tandis qu’il accomplit sa large boucle.

17h40. La cible non identifiée évolue toujours sur les scopes de l’AARTCC jusqu’à 17h51, heure à laquelle le "vaisseau" disparaît … définitivement.

Le Boeing 747-246F de la JAL atterrit sur l’aéroport d’Anchorage à 18h20.

La FAA (Federal Aviation Administration) enclenche une enquête sur l’incident.
Les deux pilotes et le mécanicien se verront longuement questionnés par le représentant officiel de la FAA, Jack Wright, puis par les agents spéciaux Ronald Mickle et James Derry :

- Des lumières et un objet, gigantesque, ont été distinctement vus par les trois membres de l’équipage
- Trois radars distincts (civil, militaire et avion) ont repéré des cibles non identifiées autour de l’avion
- Des perturbations électromagnétiques (radio de bord) ont été constatées par l’équipage et les contrôleurs au sol
- Des effets physiologiques (chaleur irradiée sur les visages) ont été ressentis par les trois membres de l’équipage

Le commandant Terauchi sera amené à révéler l’événement à la presse, moyennant quoi, après quelques péripéties, il sera suspendu de vol par la Japan Air Lines.

Cordialement,

Jean
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Commandant de bord suspendu de vol
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un commandant de Ryanair aurait vu un OVNI (blague)
» Question traditionnelle: le fameux carnet de bord!!!
» esprit au bord de la route cette nuit !
» Au bord du Doubs
» 0000: Témoignage d'un pilote actif d'une armée de l'air Européene

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OvniSpace :: Espace Membres :: Rubrique de Jean Curnonix-
Sauter vers: